Un concert de musique baroque qui explore les sentiments et la passion en France et en Italie.
Violon baroque, voix, clavecin, viole de gambe : rendez-vous pour une conversation baroque.

L’ensemble Fiorenza réunit sur scène des instruments de l’époque baroque. La viole de gambe et le clavecin sont rejoints par des instruments ou voix solistes, invités selon les projets.

Pour « baroque madrigal », le quatuor présente un répertoire baroque, en France et en Italie aux 17e et 18e siècle.
Dans la composition d’un madrigal, les mots revêtant une importance capitale, les notes doivent renforcer au mieux le sens des mots. La musique est là en soutien du sens général, ais aussi à l’intérieur de la phrase en soutien du sens d’un mot qui se trouve alors enluminé, décoré par une figure musicale appelée madrigalisme.

Les compositeurs et artistes auprès de Louis XIV, rivalisent pour exprimer les amours et les peines. Michel Lambert est renommé pour ses airs de cour et les cantates françaises sont très appréciées. Les instruments portent l’émotion dans leurs mélodies et se développent des pièces de caractères à partir des suites de danses très prisées à la cour. Marin Marais, qui se passionnera pour l’opéra (Alcyone), mais aussi Jean-Baptiste Forqueray ou François Couperin, feront de l’instrument une autre voix, pour une autre parole… Leurs pièces sont explicites : La rêveuse, La lugubre, gravement ou légèrement.

Avec tous ces voyages au travers de l’Europe, les styles se mélangent et les goûts se réunissent. François Couperin écrira alors « Les goûts réunis » en faisant un savant mélange des différentes esthétiques. Georg Friedrich Haendel est un des plus représentatifs de ces goûts réunis, un peu allemand, un peu anglais, très italien… !

PROGRAMME DETAILLÉ

Tarquino Merula (1594-1665)
Canzonetta spirituale sopra alla nanna

Girolamo Frescobaldi (1583-1643)
Se l’aura spira tutta vezzosa
Cosi mi disprezzate
Aria di passaacaglia

Nicola Matteis (,-1710)
Pièces pour violon et continuo

Barbara Strozzi (1610-1696)
Lagrime mie

Michel Lambert (1610-1696)
Ombre de mon amant
Vos mépris, chaque jour

Marin Marais (1656-1728)
Suite en mi mineur pour viole et continuo

Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)
Extrait de la cantate  » la mort de Didon »

Jean Baptiste-Antoine Forqueray (1699-1782)
La Forqueray
La portugaise
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Cara sposa
LAscia ch’io piango

  • Yolaine Wucher : violon baroque
  • Claire Delgado-Boge : chant
  • Nathalie Martin-Centonze : viole de gambe
  • Marine Ruhier-Balestrieri : clavecin